Publié le 15 Janvier 2014

Parle-nous de L'Amour.

Quand l'amour vous interpelle, suivez-le.

Bien que ses chemins soient escarpés et raides.

Et s'il vous enveloppe de ses ailes, abandonnez-vous à lui, même si le fil acéré de son pennage doit vous blesser.

Et quand il vous parle, accordez lui foi,

Lors même que sa voix casse vos rêves comme le vent du nord saccage le jardin.

Comme vous couronne l'amour, il peut vous crucifier. Et comme il vous est croissance , il vous est ébranchement.

Et de même qu'il se hausse à votre altitude et joue avec vos branches le plus finement frémissantes au soleil,

De même peut-il s'abaisser jusqu'à vos racines et les ébranler tandis qu'elles s'agrippent à la terre.

Comme brassées de blé, il vous ramasse et vous rassemble en lui.

Il vous bat pour vous dénuder.

Il vous passe au crible afin de vous libérer de vos peaux sèches.

Il vous moud jusqu'à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu'à vous rendre tendres.

Puis il vous place en son feu sacré jusqu'à ce que vous deveniez pain bénit pour le festin sacré de Dieu.

Tout cela, l'amour le fera de vous, pour que vous fassiez connaissance avec les secrets de votre coeur, et, par cette connaissance, que vous deveniez parcelle du coeur de la Vie.

Mais si, dans votre pusillanimité, vous demandez seulement la sécurité de l'amour et ses plaisirs.

Mieux vaut alors cacher votre nudité et déserter l'aire de l'amour,

Pour un monde sans saisons, en qui vous rirez, mais point tous vos rires, en qui vous pleurerez, mais point toutes vos larmes.

L'amour ne donne rien que lui-même et ne prend rien que de lui-même.

L'amour ne possède rien et il n'est de rien possédé.

Parce que l'amour se suffit de l'amour.

Quand vous aimez, ne dites pas "Dieu est dans mon coeur", mais plutôt : " Je suis dans le coeur de Dieu".

Et ne pensez pas que vous puissiez diriger le chemin de l'amour car c'est l'amour qui, s'il vous en trouve dignes, dirigera votre chemin.

L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir lui-même.

Mais si vous aimez, et que vous ne puissiez pourtant vous passer de désirer, que vos désirs soient ceux-ci:

Vous fondre dans le cours d'un ruisseau chantant son couplet à la nuit;

Apprendre la douleur de l'excès de tendresse;

Vous blesser à votre intelligence de l'amour;

Et que saigne la blessure en consentement et joie !

Qu'à l'aurore vous vous éveilliez le coeur ailé et rendant grâces à Dieu d'un nouveau jour d'amour;

Qu'à midi vous reposiez en ravissement d'amour;

Que le soir vous rejoigniez votre foyer avec gratitude,

Puis que vous vous endormiez, en votre coeur une prière à l'aimé et sur vos lèvres un cantique.

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Publié dans #Poésie

Repost0

Publié le 8 Janvier 2014

Tout est juste, tout est parfait.

On ne justifie pas, on ne donne pas raison du point de vue de la justice.

Certains faits sont condamnables, ne sont pas acceptables mais d'un point de vue spirituel ces événements extrêmement forts peuvent aussi servir de levier à une compréhension bien plus élevée de qui nous sommes vraiment.

Celui qui comprend que tout est juste est celui qui a réussi à accepter chacun des événements de sa vie en écartant le jugement de la dualité c'est à dire bien et mal.

Du point de vue humain, du point de vue matériel certaines personnes doivent être jugées mais d'un point de vue spirituel la situation est un levier merveilleux pour nous aider à évoluer en tant que personne humaine.

Ceux qui acceptent la phrase "Tout est juste" sont ceux qui cessent de considérer ceux qui leur ont fait du mal comme des bourreaux mais que ce qu'ils ont vécu leur a probablement ouvert une porte, leur a probablement permis de trouver une opportunité vers quelque chose qu'ils sont à l'intérieur, de bien plus grand et de bien plus lumineux.

Quand je vois l'humain dans ce qu'il a de plus bas, je peux décider d'être un humain dans ce qu'il a de plus lumineux.

Au milieu de ce monde qui je veux être ?

Au milieu de ce monde qu'est ce que je veux faire ?

Comment je veux traiter mes contemporains ?

Qu'est ce que je veux partager ?

Qu'est ce que je veux donner ?

Quand je vois toutes ces atrocités autour de moi je me pose la question:

Comment je veux me comporter avec mes amis, avec mon conjoint, avec mes enfants, avec mes parents, avec mes voisins.

Qui je veux être ?

Il n'y a pas de bons et de mauvais exemples, il n'y a que des exemples.

A nous de savoir ce qu'on veut devenir au milieu de ces exemples.

Tout est juste ça veut dire que tout est là pour nous donner des informations qui vont nous aider à nous comprendre mieux, à nous aimer mieux, à nous estimer mieux .

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2014

Pour conclure, les trois premiers accords toltèques ne fonctionneront que si vous faites de votre mieux.

Ne vous attendez pas à vous exprimer toujours avec une parole impeccable.

Soyez indulgents avec vous , faites de votre mieux.

En faisant de votre mieux, l'habitude de mal utiliser votre parole, celle de faire une affaire personnelle de tout ce qui vous arrive et celle de faire des suppositions vont s'affaiblir et se manifester de moins en moins souvent.

Vous n'avez pas à vous juger, à vous sentir coupable ou à vous punir si vous n'arrivez pas à respecter ces quatre accords toltèques.

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 7 Janvier 2014

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 7 Janvier 2014

4) "Faites toujours de votre mieux":

La raison d'être de ce dernier accord est des plus importantes: il sert à nous épargner la culpabilité, ce poison émotionnel.

Si j'ai fais de mon mieux, quel que soit le résultat de mon action, je ne culpabiliserai pas. ok ça n'a pas marché mais j'ai fais tout ce qui était en mon pouvoir.

Ce "mieux" que l'on s'efforce de faire, Don Miguel Ruiz souligne qu'il varie d'un jour à l'autre. Lorsque je suis en pleine forme, en pleine santé, que tout va bien, mon "mieux" sera meilleur que le jour où je suis malade, déprimé ou contrarié.

Autrement dit, il ne s'agit pas d'un "mieux" universel et absolu, d'un idéal de perfection qui ne servirait qu'à nous empoisonner l'existence.

C'est un "mieux" réaliste, que chacun est en mesure d'évaluer au jour le jour, en fonction de son état et de ses moyens.

Si faire moins que son mieux conduit à la culpabilité, vouloir faire plus que son mieux conduit au perfectionnisme puis à l'épuisement: on en fait trop.

Ce n'est pas la solution non plus.

Derrière son apparence, ce dernier accord s'avère en réalité beaucoup plus important qu'on ne l'imagine.

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 7 Janvier 2014

Aujourd'hui , troisième accord toltèque.

3) "Ne faites pas de suppositions".

Conclure cet accord transforme notre vécu quotidien.

Pourquoi ? Parce que cette habitude de prêter des intentions à autrui ( forcément les nôtres !) représente un obstacle majeur à la communication.

Ecoutez les conversations autour de vous: on y parle d'absents, de ce qu'ils ont fait ou dit, et des intentions qu'on leur prête.

Faire des suppositions nuit à la communication, parce que cela nous retient de demander à autrui les motivations réelles de ses actions, souvent très différentes de celles qu'on lui prête. Si je crois savoir ce qui vous pousse à agir ou parler ainsi, je ne vais pas prendre la peine de vous le demander.

Ainsi, chaque fois que l'on croit deviner les motivations d'autrui, on ne se trouve pas confronté à lui, mais à l'idée que l'on se fait de lui, donc à nos propres projections.

Dans la pratique, cependant, il s'avère difficile de ne pas faire de suppositions, tellement ce mode de fonctionnement est ancré en nous.

Alors comme alternative nous pouvons adopter celle qui consiste à prêter deux intentions , complètement contradictoires à autrui, voire plusieurs, au lieu d'une seule et souvent la pire.

Un type me double à toute allure et me fait une queue de poisson.

A la supposition que c'est un chauffard, un égoïste qui se fiche des autres, j'oppose immédiatement celle que sa femme est peut-être en train d'accoucher, qu'il fait une crise d'asthme, qu'un cas de force majeur le contraint à prendre ces risques.

La réalité c'est que je n'en sais rien. Je constate un fait, mais je n'en connais pas la raison. Je me refuse à accepter la première explication simpliste qui me vient à l'esprit et à m'énerver tout seul.

Cet accord est surtout une invitation à aller vers l'autre, à communiquer avec lui, à lui demander ( quand c'est possible) les raisons de son comportement. Donc à être dans la réalité. Il est facile de confondre une supposition avec la réalité.

Mais lorsqu'on en fait plusieurs, il devient clair que ce ne sont que des suppositions.

On évite ainsi de se faire piéger dans le virtuel, on est davantage dans le réel.

Que de problèmes inutiles sont évités ainsi.

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 3 Janvier 2014

Demain nous verrons les deux derniers accords toltèques. J'avoue que personnellement j'ai commencé à mettre en pratique le premier " Que votre parole soit impeccable" depuis plusieurs années déjà et je n'ai pas réussis à bannir certaines expressions de mon vocabulaire qui reviennent en automatisme parfois. C'est une vigilance de chaque instant mais je fais des progrès , j'améliore mon langage vis à vis de moi et j'ai vraiment noté un changement dans ma vie . Je suis rentré en relation d'Amour avec moi et énergétiquement mes relations avec le monde ont changées.

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 3 Janvier 2014

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 3 Janvier 2014

2) " Quoi qu'il arrive n'en faites pas une affaire personnelle" énonce le deuxième accord. Rien qu'en appliquant ce deuxième accord dit Don Miguel vous commencerez à briser des dizaines de petits accords qui vous font souffrir. Ne plus prendre les choses personnellement, c'est en effet retirer à autrui le pouvoir qu'on lui a donné de nous juger, de nous critiquer, de nous nuire. C'est cesser d'attacher de l'importance à l'opinion d'autrui, ne plus dépenser de l'énergie à défendre une image idéale de soi contre les critiques, ni à chercher à la nourrir de compliments. Dans la pratique , cependant, prendre tout ce qui nous arrive personnellement est plutôt la norme. La moindre remarque nous vexe, nous irrite ou nous attriste. Tout en comprenant la pertinence de ce deuxième accord toltèque, beaucoup de gens ont de la peine à l'appliquer. En effet il est difficile de mettre en pratique une injonction en " Ne...pas" : Ok, je n'en fais pas une affaire personnelle, mais alors...j'en fais quoi ? Untel me traite d'idiot(e) ou d'incompétent(e), m'insulte ou m'humilie: comment réagir autrement que personnellement ? Une première clé consiste à changer de centre de gravité dans la relation. Au lieu de m'occuper de moi, de ce qu'on dit de moi, de comment autrui se comporte envers moi, je m'intéresse à l'autre: qu'est ce que son attitude et ses paroles me disent de lui et non de moi, que m'apprend-il sur lui en me parlant de moi ? Enfant , rappelle Don Miguel , c'est à travers le regard des parents et des adultes que nous nous sommes formés une image de nous-mêmes, que nous avons cru apprendre qui nous étions: " tu es moche", " tu es nul(le)", tu es lent(e)", etc. Nous avons accepté ces jugements en croyant fiable le point de vue des adultes. Ces qualificatifs ont eu un impact sur nous, parce que nous avons donné notre accord à ce qui était dit de nous. Adultes, devenus conscients de la relativité des points de vue de ceux qui nous ont étiquetés, il nous revient de briser les accords qui nous limitent et nous rendent dépendants de l'opinion d'autrui. De même il nous revient de conclure l'accord de ne plus accepter, en les prenant personnellement, les opinions et jugements d'autrui qui ne reflètent le plus souvent que son point de vue relatif. Un accord important à briser , pour ne plus prendre les choses personnellement, est donc celui qui consiste à croire que les autres nous connaissent mieux que nous. En réalité, personne n'est dans notre tête, dans notre coeur ou dans notre corps: nul ne sait mieux que moi ce qui se passe en moi , ce qui m'anime, pourquoi je me lève le matin, quelles sont mes intentions, mes idéaux, mes craintes, etc. Notre propre étalon ce n'est pas dans l'opinion fluctuante des autres qu'il faut le chercher, mais en nous. Une mise en garde pour conclure ce deuxième accord: ne pas prendre les choses personnellement ne signifie pas ne pas les prendre du tout ! Tout renvoyer à son interlocuteur en lui disant : c'est ton point de vue, c'est ton problème, c'est ta vision des choses, etc; aboutit à s'enfermer dans une bulle où il n'y a plus d'échanges avec autrui. Le regard d'autrui sur nous n'est pas forcément juste ni 100% vrai, mais il n'est jamais inintéressant : il a toujours quelque chose à nous apprendre, que ce soit sur l'autre ou même sur soi ( par les réactions qu'il déclenche en nous notamment). C'est d'ailleurs lorsqu'on a cessé de prendre les choses personnellement qu'on est le mieux en mesure de tirer profit d'une opinion ou d'un jugement, précisément parce qu'on n'y réagit plus : l'échange peut alors être ouvert , constructif, mutuellement enrichissant, même lorsqu'il est amorcé de façon agressive ou violente.

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0

Publié le 3 Janvier 2014

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler des quatre accords Toltèques issus de la voie du chamanisme Toltèque et abordés de manière pratique dans le livre de Don Miguel Ruiz.

Il a d'abord refusé dans un premier temps de suivre la tradition familiale ( lignée de naguals et de guérisseurs mexicains, il fait des études de médecine et devient neurochirurgien.

Un grave accident de voiture et une NDE ( expérience de mort imminente) le font brutalement revenir à ses origines et devenir à son tour chaman toltèque, nagual de la lignée des Chevaliers de l'Aigle.

Dans leur énoncé ces 4 accords sont extrêmement simples. Cependant leur mise en pratique requiert vigilance et détermination; ils se révèlent alors très puissants pour transformer notre vécu quotidien et en particulier nos relations.

L'idéal, pour commencer, est de les pratiquer tout d'abord l'un après l'autre, afin de les maîtriser individuellement.

1) Que votre parole soit impeccable.

Etymologiquement, impeccable signifie " qui ne pêche pas". On pêche lorsqu'on commet quelque chose contre soi-même. Une parole impeccable est donc une parole qui ne nous nuit pas. Ce qui signifie non seulement s'abstenir de se juger, de se critiquer, de répéter à son encontre les propos désobligeants d'autrui, de nettoyer son langages des termes et expression négatifs ( ex: " ça me tue", " j'en ai plein le dos", ou même " c'est trop bien", pourquoi " trop"?. etc, mais éviter aussi tout usage de la parole qui nuit à autrui: médisance, jugement, critique, calomnie, etc. Pourquoi ? Parce que tôt ou tard ces paroles - même dites en toute discrétion - atteignent leur cible puis nous reviennent.

La parole est une énergie: elle ne reste jamais sans effet. Le monde a été créé par le Verbe. Et l'homme aussi est créateur par sa parole, en bien comme en mal ( ex: déclaration d'Amour ou de guerre). C'est donc un choix qu'il appartient à chacun de faire un jour, de décider d'utiliser sa parole seulement pour le bien.

Cela demande toutefois un effort soutenu, comme celui requis pour maîtriser le maniement d'une épée ou d'un sabre.

C'est l'accord le plus important et le plus difficile à honorer affirme Don Miguel Ruiz pour qui ce seul accord permet de transcender sa vie actuelle et de connaître le paradis sur terre.

Conseil pour ceux qui veulent conclure cet accord: il faut être patient avec soi-même. On n'acquiert pas une parole impeccable du jour au lendemain, d'autant que tout nous pousse dans l'autre sens. Rien ne sert donc de se juger si l'on rompt ce accord par mégarde. Avec l'expérience on perçoit vite les améliorations qu'induit dans notre vie une parole saine: on se sent tellement mieux vis à vis de soi-même et nos relations à autrui gagnent en clarté et en force. La motivation à maintenir cet accord, coûte que coûte, s'en trouve ainsi de plus en plus accrue.

Les 4 accords Toltèques selon Don Miguel Ruiz

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne Quercioli

Repost0